logo
Création d'une plateforme de transit de sédiments non dangereux non inertes sur la commune de Wambrechies

Création d'une plateforme de transit de sédiments non dangereux non inertes sur la commune de Wambrechies

L’aménagement s’intègre dans le projet de liaison Seine-Escaut, prioritaire pour améliorer la navigation fluviale au cœur de l’Europe. Dans ce cadre, la Deûle et la Lys Mitoyenne, assurant la jonction entre la France et la Belgique, font l’objet d’un recalibrage (élargissement et approfondissement). Il doit permettre l’accès à des navires de plus grande capacité et le développement du transport fluvial de marchandises, plus respectueux de l’environnement que le transport routier.

Le recalibrage de la Lys va conduire à l’extraction d’un important volume de matériaux que VNF veut dorénavant recycler, conformément à ses engagements environnementaux. À ce titre, des sites de gestion des sédiments sont nécessaires pour permettre le recyclage et la valorisation. À l’avenir, 99 % des sédiments seront ainsi réutilisés ou transformés.

Le site prévu à Wambrechies relève de cette nouvelle politique déployée par VNF. Situé au cœur du port de commerce, il recevra une partie des matériaux extraits du canal pour permettre leur assèchement. Cette étape, qui sépare l’eau des sédiments, est un préalable indispensable à l’envoi des matériaux solides en filières de valorisation, que VNF organise avec le soutien de l’État. Les sédiments asséchés peuvent ensuite être classés suivant la taille des grains qui les composent.

L’intégralité des matériaux ainsi obtenus pourra être réemployée, par exemple pour de nouveaux aménagements. Ils permettront d’économiser autant de ressources naturelles (matériaux de carrières) dans une logique d’économie circulaire.

Sédiments : recycler plutôt que stocker
1. DRAGAGE : Entretien nécessaire des voies navigables, pour faciliter la circulation des bateaux. VNF extrait de la voie d’eau les sédiments, qui s’y déposent suite aux apports des rivières affluentes, du ruissellement urbain et agricole, et de l’érosion des berges.
2. ASSÈCHEMENT : Les sédiments extraits sont asséchés dans un site de transit. L’eau, filtrée, retourne au cours d’eau. La matière sèche est dorénavant destinée à intégrer le cycle de l’économie circulaire. Elle ne restera pas en site de stockage, mais sera exportée vers des filières de valorisation.
3. VALORISATION : La matière extraite est utilisée en remblais ou est classée en sable, argile, pour être intégrée dans la construction de digues, des matériaux de construction des bâtiments (ciment, béton, brique, tuiles…).

Comment le site va-t-il fonctionner ?
Les sédiments apportés sont déversés dans un bassin tapissé d’une double bâche. Ils y resteront durant six mois afin que l’eau s’en écoule. Régulièrement les matières seront retournées afin d’accélérer le processus de séchage. Avant de revenir à la Deûle, l’eau écoulée sera filtrée naturellement dans des bassins. En cas de présence d’hydrocarbures ou de métaux lourds résiduels, l’eau sera en plus traitée. Ainsi, conformément aux dispositions réglementaires la qualité de l’eau qui retournera dans le canal sera supérieure à celle constatée lors de son extraction. En fin de cycle, les matières asséchées sont aussitôt envoyées sur un site de transformation et de valorisation.

 
 
Registre clos : le dépôt d'observations n'est plus disponible.