logo
SCOT de Cahors et du Sud du Lot
Vous trouverez ci-dessous l'ensemble des observations déposées sur ce registre dématérialisé.

Les propos non conformes à la charte utilisateur ont été rendus inaccessibles conformément à la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique. Ils sont signalés par la mention « Cette observation a été modérée ».

Ces observations n'ont été ni altérées ni supprimées et elles ont été transmises dans leur intégralité à la commission d'enquête.

21 observation(s) déposée(s)
 
21


Deux projets d'hébergement touristique à Lugagnac, a) route de Cenévières et b) les Adrets, direction Crégols.

Le suivant s'inspire des observations exprimées pendant la réunion publique du jeudi 23 novembre, 2017. J'habite le canton de Limogne depuis 2002 et j'ai un terrain à Lugagnac, les Adrets, de 4·5 hectares depuis 2004.

Je suis très concerné par deux projets d'implantations touristiques proposés actuellement à Lugagnac dans le cadre de la révision de sa Carte Communale. Ils vont directement à l'encontre de tous principes que je connais du bon urbanisme, de l'architecture du paysage et du développement rural.

Le but déclaré de ces projets est de renverser la tendance d'un village "mourant" avec une population âgée mais ce serait une illusion de penser que ces projets auraient aucune efficacité à cet égard. Au contraire, c'est de l'urbanisme sans le dire en pleine belle campagne sur terres agricoles, ils changeraient toute l'ambience autour d'elles ce qui, naturellement, aurait pour effet de décourager ceux qui voudraient venir habiter et travailler dans la commune et autour.

Au lieu d'analyser les raisons, on précipite de manière top-down vers ces deux projets individuels entrepreneuriaux sans intention d'explorer en toute simplicité, calmement et amicalement ensemble (et surtout avec les agriculteurs) les options qui existent vraiment, qui sont plus créatives et respectueuses de la nature de la vie rurale et en particulier sur le causse de Limogne.


Les considérations sont multiples, y compris:
~ C'est une question d'échelle et d'infrastructure, d'imposer sur une commune de 120 personnes deux "campings" ! Le DDT, la SAUR et l'ÉDF etc ont des outils pour mesurer certaines choses mais cela ne remplace pas le témoinage concrèt des gens locals au fil des années. Une fragilité dans le maintien d'un l'équilibre sain est constatée.

~ Malgré ce qu'on nous dit, il y aurait le gâchis, la défiguration, la dénaturation de la campagne sur les plans visuels, naturels, agricoles, architecturaux et logistiques, ainsi que sur les vies et relations humaines.

~ Chacun des terrains visés touche (ou presque) l'une des deux grandes Réserves du Patrimoine de la Biodiversité de la commune. Ces "campings" et ses ramifications repousseraient certainement une partie non négligeable du flora et fauna avec une incidence, aussi, sur la nappe phréatique. Sur le champs AL44 de mon terrain (qui bord sur le terrain en question aux Adrets) j'ai des blaireaux et des engoulevents qui ne resteraient pas si ce "camping" se faisait.

~ L'un des principes de base de l'urbanisme est que chaque ville soit entourée d'une ceinture verte, pour empêcher l'urbanisme rampante désordonné. Ces deux projets (surtout celui aux Adrets) sont en pleine contradiction avec ce principe, ils visent des terrains qui sont exactement là où la ceinture verte devrait être.

~ Ce serait une entrave énorme sur la mobilité de toutes espèces, y compris l'espèce humaine, la chasse et l'agriculture. À cause de cet enclos touristique sécurisé (je présume), mon terrain serait en fait complètement enclavé sur sa seule entrée pour accéder à la moitié sud-ouest. Du coup, l'entrée normale vers le nord, du chemin des Adrets serait compromise. En effet, déjà depuis la vente récente du terrain visé pour le "camping", tout-ce que je viens de dire est le cas. On parle, évidemment, des trames vertes et blues.

~ La forte incompatibilité, pratique et de la sensibilité, avec des activités concourants à côté: avec le troupeau de vaches de Fabrice Peythieu qui circulent sur mon terrain; avec l'élevage de chevaux de Magali Guetal - également, ils circulent sur mon terrain; avec l'activité forestière et autre du château de Coual; avec le projet collectif et divers sur mon terrain (sur lequel borderait l'un des deux campings) qui rassemble des praticiens de la santé holistique, des artistes et d'autres en manque d'un terrain de vibrations exceptionnelles; avec la tranquillité des vies toutes simples des résidents (y compris de Crégols et de Cénevières).

~ La circulation augmentée de véhicules sur une topographie inadaptée: Pour venir de Cahors, il faudrait passer soit par un trajet convoluté au centre du village, soit par le long et étroit chemin des Adrets où deux véhicules ont très mal à passer.
~ Du danger sur une entrée cachée qui est proche d'un virement de la route de Crégols.
~ Le hasard du feu dans une zone à haute risque.
~ La pollution lumineuse, qui rayonne toujours loin sur le causse.
~ L'aménagement d'eau ou il y a eu des problèmes déjà, mêmes sans les touristes.
~ La pollution de la nappe phréatique karstique.
~ Le bruit: on ne peut pas et on ne veut pas empêcher les vacanciers de faire la fête.

~ Dans le cadre d'une carte communale (à la différence d'un PLU qui est prévu d'ici quelques années pour l'intercommunalité de Lalbenque-Limogne) la commune n'aurait qu'une faible possibilité de veiller sur la façon que ces "campings" seraient aménages et ensuite gérés. Quoi que les bonnes intentions des porteurs actuels de ces deux projets ils sont des hommes d'affaires dans l'immobilier qui, en plus, pourraient les vendre quand ils voulaient. On minimise les charges et autres incidences sur la commune mais c'est toujours la commune qui est le recours en dernier.

~ Le tourisme, oui, pas de problème. Mais il en existe une grande diversité de sortes. Au lieu des colonies de vacances ("campings") proposées ici, où ils vont rester dans leur bulle urbain, mieux les héberger dans des foyers d'accueil chez des particuliers éparpillés. Au lieu des vacances passives autour des piscines privées, mieux engager les gens dans des activités diverses qui proviennent du pays et laisser les enfants nager dans la plus grande piscine municipale de Limogne où ils peuvent avoir des copains. S'il fallait des colonies de vacances, mieux les héberger dans des zones moins sensibles et les faire venir à Lugagnac pour des activités où la relation entre touristes et riverains serait dans un esprit hospitalier plus profondes et durables. Au lieu des projets individuels entrepreneuriaux et souvent chers, mieux mener des projets collectifs avec moins de discrimination de prix. S'inspirant de l'esprit collectif des AFP (Associations Foncières Pastorales) on pourrait créer une Association de Tourisme Pastorale. Avec la mauvaise sorte de tourisme la grande risque est le tourisme de l'image qui remplace le tourisme du réel et de la sérendipité. Toujours, l'observateur change ce qu'il observe.

~ À part le tourisme, il existent mainte façons de s'adresser au grand problème d'une population âgée à Lugagnac. Elles sont trop nombreuses pour détailler ici mais en général la régénération rurale se fait par les gens ruraux qui s'investissent et qui prennent en compte les qualités du lieu. Le causse de Limogne a une caractère très forte. Sa réputation est répandue et reconnue depuis la guerre sinon avant. Il consiste à un esprit d'ouverture et d'entre-aide qui correspond à la géographie du causse. Il consiste à une culture dite alternative comprennant des artistes plasticiens, des musiciens, des intermittants du spectacle, des auto-constructeurs, des praticiens de soins holistiques, des naturalistes, des spéléologues... Et tout cela se fait dans une relation agréable avec les cultures 'dominantes' et occitanes traditionelles, ce qui est rélativement rare. C'est un grand atout qui devrait être une considération primaire, y compris des raisons économiques. C'est l'lune des façons de faire vivre Lugagnac qui existent déjà pour ceux qui se donnent la peine de regarder.

~ Pour citer une exemple dans la même esprit, mon projet, que je porte depuis 2004, est génial parce qu'il permet cinq choses en parallel: Les consultations individuelles dans une petite cabane partagée entre plusieurs praticiens de la santé holistique; dans des clairières abritées, des activités de groupe comme le qi gong, ou ateliers de théâtre; la cultivation d'herbes médicinales là où il y a un champs plat déjà sillonné; la circulation des vaches (dans un arrangement) peux continuer, ce qui en plus nettoie les bois; la campagne reste la vraie campagne sauvage. Ces deux projets côte à côte, le mien et du "camping", sont le jour et la nuit. Je pense que c'est le mien qui est dans l'esprit du SCoT !

Parlant du projet du "camping" aux Adrets, il est proposé dix chalets à quatre personnes, dix chalets à deux personnes, maison du gardien, piscine, piscine chaude couverte, épicerie, restauration rapide, parking, reservoir d'eau à creuser qui serait rempli la nuit pour utiliser le jour. Beaucoup des détails restent vague. À la réunion publique du jeudi 23 novembre, le bureau d'études Octeha de Rodez, le maire et le porteur du projet Mr Philippe Chauveau avaient du mal a préciser leurs intentions. En fait, ils ont fait une présentation sur le projet de "camping" à la route de Cenévieres mais ils ont 'oubliés' de faire la même chose pour celui aux Adrets !

Merci de prendre ces choses en compte,

Colin Wood

Suite...

Déposée le 06/12/2017 16:56:58

Par Colin Wood

20

L'avis (Scot - avis.doc) est en pièce jointe.

Suite...

Scot - Avis.doc

Déposée le 06/12/2017 15:57:35

Anonyme

19

Monsieur le commissaire enquêteur,

En tant que salarié de l'entreprise CM QUARTZ, je souhaite attirer votre attention sur l'intérêt du gisement de quartz de la commune de Saint-Denis Catus. Etant reconnu d'intérêt national dans le schéma départemental des carrières, l'accès à cette ressource doit être maintenu à travers les futurs documents d'urbanisme.

La qualité et la pureté des galets de quartz exploités par notre entreprise en fait un composant essentiel du silicium. A l'heure où le bilan carbone de chaque activité vise à être réduit, il semble impensable que l'industrie française du silicium s'approvisionne avec des galets d'autres pays européens, voir même d'autres continents alors que des galets de quartz peuvent être extraits sur le territoire.

En espérant que vous serez sensible à mes arguments et que l'orientation du SCoT permettra le maintien de l'activité de CM QUARTZ et de ses emplois, je vous prie d'agréer, Monsieur le commissaire enquêteur, l'expression de mes sincères salutations.

Laurent AUBEROUX
Salarié CM QUARTZ

Suite...

Déposée le 06/12/2017 15:30:35

Anonyme

18

Monsieur le Président de la commission d'enquête,
Vous trouverez ci-joint un courrier de Monsieur MANGIEU, au sujet du SCoT Cahors et Cahors sud.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président de la commission d'enquête, l'expression de mes respectueuses salutations.

Suite...

courrier SCoT.pdf

Déposée le 06/12/2017 14:10:18

Anonyme

17

Dans l'objectif 2, "promouvoir et mettre en œuvre un modèle territorial de développement et d'aménagement cohérent" (orientation générale d'organisation territoriale, page 12 et 13), il apparait étonnant de définir, sur la période de 2016 à 2034, un besoin en nombre de résidences principales de 1000 à 1100 sur la CC du Pays de Lalbenque et de Limognes, alors qu'il n'est que de 550 à 650 sur celle de la CC DU QUERCY BLANC.

Suite...

Déposée le 06/12/2017 13:12:54

Par A. VINCENT

16

Pour répondre à l'art. P39 du schéma d'orientation: " Le SCOT conforte l'intérêt du territoire pour un projet d'établissement pénitentiaire avec implantation à Sauzet "
Pourquoi Sauzet ??? Un débat a déjà eu lieu dans le dos du ministère de la justice, et a conclu en l'infaisabilité de cette opération.
Si une prison est souhaitée au sud du lot pour les besoins du Lot et de Tarn et Garonne( Montauban est obsolète),l'endroit idéal est au Sicala et pas ailleurs et ceci pour des raisons tellement évidentes que je suis atterré que ça ne figure pas dans le projet du SCOT.

Suite...

Déposée le 05/12/2017 19:54:44

Par andré bourgeade

15

Avis sur enquête scot

Suite...

avis sur enquête scot.docx

Déposée le 05/12/2017 18:46:18

Par Marie Netter

14

Pour répondre aux objectifs écrits dans le PADD p.27, paragraphe 2 (Le SCOT sera attentif....recherché (un environnement apaisant et "secure"). ET 3 Le parc de logements doit être diversifié. Dans nos espaces embroussaillés, en déprise il serait intéressant de permettre à des jeunes ménages de s'installer. Ces personnes recherchent des lieux alternatifs. Cette dérogation-expérimentation peut être une réponse dans nos territoires délaissés par l'agriculture

Suite...

réponse SCoT 29 11 2017.odt

Déposée le 05/12/2017 17:49:55

Par Jacqueline Cuzin

13

Implantés dans le sud du Lot, habitants d'une petite commune de 120 habitants
car nous voyons bien que certaines communes n'existeront plus même avec les regroupements, dommage qu'elles perdent leurs identités.
Je souhaiterai que les maisons existantes
puissent être rénovées et que de nouvelles constructions puissent être implantées
pour la suivie de toutes ces communes. Merci

Suite...

Déposée le 05/12/2017 17:46:05

Anonyme

12

(Cf. Pièce Jointe)

Suite...

Observation par mail N°3 du 04122017.pdf

Déposée le 04/12/2017 19:03:00 (Email)

Par Yvette THOUA

 
Haut de page
 
 
Registre clos : le dépôt d'observations n'est plus disponible.
Recherche
Par mot-clé
Par date